Eric Piolle et Arnaud Montebourg ont débattu au cours du mois d'avril sur la thématique du nucléaire : "Le nucléaire est-il écologique?"  (Source Ouest France).

Les deux hommes ont affirmé deux visions distinctes de la transition énergétique. Pour Eric Piolle, la France doit se désengager totalement du nucléaire. Pour Arnaud Montebourg, le nucléaire restera indispensable.

Au cours du débat, Arnaud Montebourg a minimisé le danger que représente le nucléaire en affirmant que les catastrophes de Fukushima et Tchernobyl n'avaient pas causé de décès, ce qui est malheureusement inexact.

Pour Eric Piolle, la France doit uniquement s'approvisionner en énergie renouvelables d'ici 2050 tout en menant à bien en parallèle une politique de diminution des besoins en énergie (véhicules, bâtiments...).

Le nucléaire est une énergie décarbonée mais les déchets nucléaires restent les matériaux les plus polluants de la planète puisqu'ils sont contaminés et contaminants pendant des milliers d'années. Minimiser l'impact de la nocivité du nucléaire semble peu responsable. Et c'est ce que l'on observe fréquemment au sein du lobby pro-nucléaire.

Les échanges ont permis de mettre en évidence que les verts, par l'intermédiaire d'Eric Piolle, restent des spécialistes des sujets liés à l'écologie et qu'il est difficile de contester leur expertise. 

Plusieurs éléments ont été oubliés au cours de ce débat ou bien auraient pu être approfondis. Tout d'abord le fait que la France a de plus en plus de difficultés à mener à bien des projets de construction de centrale nucléaire. Est-il intéressant de programmer la construction de nouvelles centrales compte tenu des difficultés de réalisation ? La technologie actuelle s'appuie sur la fission nuclaire, qui génère les déchets. Une réflexion sur les recherches en cours portant sur la fusion nucléaire qui serait susceptible de ne pas générer de déchets, et leurs perspectives associées, aurait pu être intéressante. Un autre point n'a pas été abordé mais il est pourtant non négligeable. L'approvisionnement en uranium auprès de pays partenaires est-elle garantie dans le temps ? Quelles sont les conséquences de la création ou bien le maintien des filières d'approvisionnement ? Ce sont également des questions pertinentes qui nécessitent d'être étudiées...

La gauche devra se poser ces questions et y répondre si elle veut être en mesure de présenter une candidature crédible de rassemblement dans le cadre de la présidentielle 2022. Sur ce sujet, comme sur d'autres, à gauche, tout reste à faire.

 

 hernie21@politis21.fr