Nombreux sont les hommes et les femmes qui s'y promènent, respirant l'air pur au milieu de la verdure. Cernés par les arbres et absorbés par leur envie d'aller de l'avant, voient-ils le minuscule lichen situé au pied du petit chêne dont la graine a germé il y a maintenant une dizaine d'années? Lèvent-ils les yeux vers le ciel pour regarder, à travers les feuillages, les majestueux nuages qui dansent et rient de tous? S'intéressent-ils aux minuscules gouttes de pluie installées confortablement sur la végétation?

Elle est un lieu de passage fréquent. Elle leur permet depuis toujours - à l'échelle du temps des hommes, d'être une escale sur le chemin. Comme tous, animés par leur propre logique, ils avancent. Elle était un lieu idéal, extra-ordinaire, permettant la mise en oeuvre de l'expérience. Celle qui devait révéler le but ultime de ces êtres à la fois fragile, rustres et complexes, qu'ils pouvaient parfois s'intéresser à observer sur le terrain. Les conditions étaient réunies depuis des centaines de milliers d'années pour leur développement. Le dénouement interviendrait peut-être à la fin du XXXI ème siècle de leur ère. Quel final en apothéose était programmé pour cette expérience!  Elle était courante. Depuis des millions d'années maintenant, ils les planifiaient et les mettaient en oeuvre. Celles-ci s'étaient déroulées en d'autres temps et en d'autres lieux. Quelques rencontres ponctuelles s'étaient déjà produites, plusieurs millénaires auparavant, entre eux et les humains. Ces derniers leur avaient donné des noms, qui traverseraient leurs époques. Ces rencontres avaient façonné l'Humanité.

Au cours de l'expérience, les Humains avaient mis en évidence - mais ils le savaient déjà - que les efforts de recherche et d'industrialisation conduisaient certaines populations à devenir dominantes.  Le protocole expérimental devait au cours du XXI ème siècle de leur ère mettre en évidence la capacité des Humains à devenir une entité collective capable de faire face aux défis ultimes qui les attendaient : s'adapter face au rejet de leur mère nouricière qui les avaient vu naître.

Leur centre de réflexion et d'analyse d'équivalence leur interdisait toute manipulation du génome sur Terre. Leur connaissance de la matière leur permettait d'agir sur les étoiles et de pouvoir générer des éruptions solaires. Celles-ci provoquaient des rayons ionisants engendrant le développement des mutations. C'est la raison pour laquelle il ne pouvait pas y avoir plus d'une espèce Alpha dans chaque galaxie. La mutation B-1234-ZERT-6545-FJHHG devait permettre une adaptation comportementale des Humains pour une meilleure prise en compte des dimensions collectives et réflexives de leurs actions.